personae
personae
personae
personae
personae
personae
personae

 

personae
personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae  
personae personae personae
personae


MELLE CAMILLE CLAUDEL
NOUVELLE CRÉATION DÉCEMBRE 2017

 

 

Melle Camille Claudel



 

Note d'intention de la metteur en scène

Le spectacle «Melle Camille Claudel» créé en janvier 2016 (opus 1, en quelque sorte) était né de la rencontre, il y a quelques années, avec une danseuse. L'envie et la nécessité de questionner, interroger l’acte de création, explorer avec les mots et le corps, inverser les capacités de l'une et de l'autre. Cet opus 1 a été donné 10 dates, interrompues par le départ de la danseuse. Hermia, Héléna, Titania, Andromaque, Zazie, Winnie, Emma. J'ai donné toutes ces femmes. Tous ces mots pour dire ces femmes. Aujourd'hui, je veux de nouveau partager les mots de l’immense artiste au destin tragique, immense artiste qui parlait avec ses mains. Aujourd'hui je reprends les mots écrits en 2016.

Je veux donner à entendre et à voir Camille Claudel au travers de ses mots, les lettres qu'elle a écrites et certaines qu'elle a reçues durant les années où la sculpture et sa vie ne font qu'un. Pas d'analyse, juste offrir, la rencontre d'une femme artiste, pas folle, en pleine conscience de son art. Camille Claudel n'est pas folle, elle n'entre pas dans les cadres et les codes de son époque. Elle est une femme passionnée, une artiste qui ne peut vivre hors la sculpture, une femme vouée totalement à son art, une femme qui est sculpture. Son frère Paul Claudel a écrit : «L'œuvre de ma sœur, ce qui lui donne son intérêt unique, c'est que tout entière, elle est l'histoire de sa vie». Les lettres choisies sont celles rédigées ou reçues en pleine période créative. Je n'irai pas plus loin dans le temps. Je ne m'intéresse pas à la «folie» naissante, au «complot» Rodin, à l'internement. Je ne les nie pas, je les déplore. Ils ne sont pas mon propos.

Camille Claudel n'est pas une femme folle. Elle est femme mal née. Avec elle, je m'interroge, encore, sur l'acte de création, quel qu'il soit. Les envies, les joies, les doutes, les inquiétudes, les espoirs et désespoirs, les relations avec les institutions, les autorités, quelles qu'elles soient, pourquoi et comment créer? Le quotidien de Camille Claudel, le quotidien de l'artiste, de la femme, hier, aujourd'hui, les mots sont les mêmes, les maux sont les mêmes. Cet opus 2 n’est pas la suite narrative du spectacle créé en 2016. Les lettres données sont les mêmes. Il s’agit là de poursuivre la recherche initiée sur l’acte de création de tout artiste créateur. Je serai amenée à explorer moi-même le mouvement, oserais-je dire la danse, conduite dans cette recherche par le danseur chorégraphe Stéphane Ripon. Le spectacle sera mis en lumière par Candy Beauchet qui a déjà travaillé sur plusieurs de nos créations. Et nous aurons l'immense bonheur de créer cet opus 2 au sein même de la Galerie David d'Angers, au milieu des sculptures. Sylvie Adjedj-Reiffers, septembre 2017.


Melle Camille Claudel, opus 2

Il était une fois Melle Camille Claudel, une Artiste qui parlait avec ses mains, une Artiste en pleine conscience de son Art, pas folle, seulement femme «mal née» et vivant hors cadres et codes de son époque.
Il était une fois une histoire de création, d'envies, de joies, de doutes, d'inquiétudes, d'espoirs et de désespoirs, de relations avec les hommes, les femmes, les institutions, les autorités, quelles qu'elles soient.
Il était une fois une histoire du pourquoi et comment créer, une histoire du quotidien de l'Artiste, femme, hier, aujourd'hui.
Il était une fois des lettres écrites et reçues durant les années où la sculpture et la vie ne font qu'un,
Il était une fois une histoire de terre, de pierre, de passion, de corps, de mots, et de maux,
Il était une fois Melle Camille Claudel une femme passionnée, vouée totalement à son art, une femme qui est sculpture.
Il était une fois hier et aujourd'hui, les mots sont les mêmes, les maux sont les mêmes.

personae
 
personae
 
personae
 
personae
 
personae
 
personae
 
personae
 
personae
 
personae
 
Crédit photographique : Laurence Girard - Christian Lavigne
 
REVUE DE PRESSE

 
Toute La Culture / Théâtre 9 décembre 2017
Melle Camille Claudel magnifiée à la Galerie David D’Angers


C’est dans un lieu magique, ancienne abbatiale reconvertie en musée, que la Compagnie Personae a donné la première représentation de sa nouvelle création intitulée Melle Camille Claudel, opus 2. Entre les statues massives d’êtres appartenant au passé, cette artiste encore trop peu reconnue pour son art a retrouvé vie le temps d’une heure et demie. Un moment fort, placé sous le signe de l’émotion et de la passion.
 
CAMILLE
 
Depuis 2005, la Compagnie Personae revisite les grands classiques de la littérature par un jeu au plus proche du public. Après Emma Bovary ou Le Songe d’une nuit d’été, c’est sur la vie et l’art de la sculpteur Camille Claudel qu’elle s’est penchée avec son Melle Camille Claudel, opus 2, version retravaillée d’un premier spectacle donné il y a presque deux ans.

Et quoi de mieux pour relater la vie d’une artiste que de la mettre en scène en plein cœur d’un musée? C’est entre les statues de David D’Angers, dans la Galerie du même nom, que la comédienne Sylvie Adjedj-Reiffers a prêté son corps et sa voix à cette artiste incomprise, élève et amante d’Auguste Rodin, dont les œuvres commencent à acquérir une notoriété méritée. Seule en scène, la comédienne s’empare des lettres de Camille, de son frère, de Rodin et de ses amis, interprète leurs mots tout en sensibilité, ne tombant jamais dans le piège de la lecture ou de la récitation pure et simple. Rien de robotique ici, que de l’émotion.

Mêlant théâtre, danse et audio, Melle Camille Claudel, opus 2 mise sur la simplicité brute. Brute, comme l’argile blanche dont la comédienne se recouvre; comme la danse à laquelle elle se livre, passant par le haut du corps et l’expressivité des mains pour évoquer l’art de la sculpture; comme la colère de la femme dont l’art pourtant acclamé n’est jamais ni financé, ni véritablement reconnu. Le résultat n’en est que plus réussi: rarement aura-t-on ressenti avec autant d’intensité la passion et l’émotion d’une artiste vivant entièrement pour son art. Lui rendre hommage aujourd’hui relève presque d’une question de justice.

S.R
Visuel : C.Lavigne

 
personae
 
 
 
 
 
 

MELLE CAMILLE CLAUDEL
CRÉATION JANVIER 2016

 

 

Melle Camille Claudel



 


Il était une fois Melle Camille Claudel,
une Artiste qui parlait avec ses mains,
une Artiste en pleine conscience de son Art, pas folle, seulement femme «mal née» et vivant hors cadres et codes de son époque.
Il était une fois une histoire de création, d'envies, de joies, de doutes, d'inquiétudes, d'espoirs et de désespoirs, de relations avec les hommes, les femmes, les institutions, les autorités, quelles qu'elles soient.
Il était une fois une histoire du pourquoi et comment créer, une histoire du quotidien de l'Artiste, femme, hier, aujourd'hui.
Il était une fois des lettres écrites et reçues durant les années où la sculpture et la vie ne font qu'un,
Il était une fois une histoire de terre, de pierre, de passion, de corps, de mots, et de maux,
Il était une fois Melle Camille Claudel une femme passionnée, vouée totalement à son art, une femme qui est sculpture.
Il était une fois hier et aujourd'hui, les mots sont les mêmes, les maux sont les mêmes.

personae
 

 

 
 
personae
 
personae
 
personae
 
Crédit photographique : Compagnie Personae
 
REVUE DE PRESSE

 
personae
 
personae
 

personae