personae
personae
personae
personae
personae
personae
personae

 

personae
personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae personae
personae  
personae personae personae
personae


J'AI DÉCOUVERT LA HAINE
LE JOUR DE MES DIX ANS
« Ô vous, frères humains » d’Albert Cohen © Gallimard

 

 

J'ai découvert la haine
le jour de mes dix ans



Un jour en sortant de l'école, un enfant doux et confiant s'approche du camelot qui, devant sa table pliante, vend un détacheur universel. Plein d'amour, de curiosité et tout sourire, l'enfant est soudain fracassé de malheur. Il rencontre la haine en ce jour de son dixième anniversaire. Toi, tu es un youpin, hein ! Tu es un sale juif, hein !…

Tu es un sale gros, hein ! Tu es un sale roux, hein ! Tu es un sale noir ! Une sale arabe ! Un sale boutonneux ! Un sale pédé ! Une sale naine !

Antisémitisme. Racisme. Refus et rejet de la différence de l'autre. Quelle qu'elle soit.
 
personae

 

NOTE D'INTENTION


Le texte, les mots et une interprète. Rien d'autre.
Épurer la scénographie, plus encore que nous ne l’avons fait avec «Emma Bovary».
Les mots, la langue, le message d’un auteur, sans explication, développement, analyse, ou commentaire. Là encore, rien à expliquer, à développer, à analyser, à commenter. Juste le besoin de partager et de dire ces mots essentiels.
Essentiels aujourd’hui encore. Malheureusement.

Pourquoi ce texte aujourd’hui ?
Il y a d’abord la prise de conscience et l’envie, devenue nécessité, d’un engagement davantage politique et social. Sylvie Adjedj-Reiffers a donné Hermia, Héléna, Titania, Andromaque, Zazie, Winnie, Emma, Camille. Elle a donné toutes ces femmes. Tous ces mots pour dire ces femmes.
Aujourd'hui, elle veut donner les mots de la beauté et de la laideur de l’Homme, de la créature vivante pensante.
Il y a ensuite la recherche d’un texte par lequel dire CES mots au public, la réalité de la Cité qui est notre quotidien, à tous niveaux et à travers le monde.
Il y a ensuite un souhait exprimé de nous revoir avec un texte « fort, sensible et généreux. Ce texte et rien d’autre ».
Nous avons continué à chercher, à lire, et nous avons redécouvert là tout proche le livre d’Albert Cohen que nous n’avions jamais lu. Nous avions trouvé.
L’amour éperdu de l’un.
La haine et le rejet de l’autre.
La foi en l’amour et en la vie.
Le style direct de l’écriture.
Les mots essentiels.
L’émotion, la colère, la tendresse, il faut dire et donner ce texte, encore.

Notre travail n’est pas une adaptation.
Le texte est réduit pour aboutir à un spectacle de 60 minutes, aucun mot n’est changé.
Le texte original sera dit.

 
 
 
REVUE DE PRESSE

 

personae